Être malade en Corée

Annyeong !

J’en avais vaguement parlé dans un précédent article, mais je suis tombée malade début Janvier. J’ai d’abord été clouée au lit avec une bonne grippe, puis j’ai eu la joie d’attraper une sinusite pour la première fois de mon existence. Alors que je pensais aller mieux, je n’en ai en fait pas fini puisque ma sinusite ayant été mal soignée la première semaine, elle s’est accentuée depuis quelques jours (sinus gauche infecté, bingo !). Rassurez-vous rien de grave, je serai remise sur pieds d’ici la fin du mois ! Je vous raconte aujourd’hui mon expérience de personne malade en Corée et mon parcours à travers le système médical, bien différent de chez nous.

Première consultation : le parcours du combattant !

Quand j’ai commencé à avoir des douleurs au niveau du nez et de la tête, je pressentais une sinusite et ai donc pris rendez-vous pour une consultation. A noter qu’en Corée, il n’existe pas de cabinet médical comme en France : tous les médecins sont établis dans les grands hôpitaux ou dans des cliniques. J’avais donc choisi l’hôpital le plus proche de mon domicile et proposant un service en anglais, le Seoul National University Hospital. Il s’agit d’un grand complexe hospitalier et croyez-moi, je m’y suis perdue plus d’une fois.

A mon arrivée, direction le International Heath Care Center qui est là pour guider les patients étrangers à travers l’hôpital. J’ai ensuite été invitée à me rendre au comptoir des paiements… En effet, chaque étape a son service dédié, le médecin n’effectuant que la consultation ! Après le paiement de la consultation, rendez-vous au cabinet d’un docteur ORL. Le diagnostic n’ayant pas pu se faire à première vue, on me prescrit une radio. Retour au service des paiements pour régler la radio, puis direction le service de radiologie situé quelques étages plus bas, sachant qu’à chaque fois que je passais d’un service à un autre (situés à différents endroits de l’hôpital), il y avait un certain temps d’attente. La radio prise, je retourne chez l’ORL qui me confirme que j’avais bien une sinusite. Il me prescrit alors 4 antibiotiques, prescription que je devais d’abord récupérer au service international, avant d’aller acheter mes médicaments dans une pharmacie locale. J’ai ensuite suivi le traitement durant une semaine. Au total, j’ai passé plus de deux heures dans cet hôpital pour une simple consultation ORL.

Seconde consultation : vers la fin des ennuis ?

Au bout d’une semaine de traitement, je voyais un peu d’amélioration mais sans plus. J’ai surtout fait l’erreur, dès l’arrêt des antibiotiques, d’aller boire quelques verres et de partir en randonnée en montagne le lendemain. Résultat : les douleurs sont revenues encore plus vives ! Sans hésitation, j’ai pris un second rendez-vous mais cette fois-ci dans un autre hôpital : le Seoul St Mary’s Hospital, situé au sud du fleuve Han mais accessible en 45 minutes depuis chez moi. Si cette fois j’ai voulu changer d’établissement, c’est parce qu’il s’y trouve un médecin généraliste francophone approuvé par l’ambassade de France, et qu’ayant manqué d’explications lors de ma première consultation (le docteur ORL parlait un anglais très basique), j’avais besoin d’un diagnostic clair et précis.

J’arrive donc sur place, et déjà j’ai trouvé le cadre nettement plus agréable. Le personnel est tout de suite accueillant et vous guide rapidement vers le service approprié. Là aussi je me suis rendue au cabinet International Health Care Center, et je découvre avec surprise que cette fois-ci tout est centralisé : l’enregistrement, les paiements et les médecins sont tous localisés dans ce service, pas besoin de traverser l’hôpital 10 fois (j’ai seulement dû le faire une fois pour une radio, mais j’ai été guidée de bout en bout par une assistante anglophone).

La docteur qui m’a consultée parle parfaitement français, elle a notamment vécu quelques temps en France. Tout a été très clair et très bien expliqué, j’ai ainsi appris que ma sinusite était assez prononcée et qu’il fallait suivre un traitement plus fort. Je me retrouve donc avec 6 médicaments à prendre 3 fois par jour, ainsi que 2 sprays pour le nez ! Chose très pratique : dans cet hôpital, tous les médicaments vous sont directement fournis ce qui vous évite de passer par la pharmacie, et les notices sont toutes indiquées en anglais. Prochain rendez-vous pris dans une semaine pour suivre l’évolution de mon état. Mon temps total passé dans cet hôpital a été divisé par deux comparé au premier, l’efficacité est sans reproche !

Le prix des soins en Corée

Avant toute chose, bien que j’ai avancé les frais pour les consultations médicales et les médicaments, le tout me sera remboursé à la fin de mon PVT par mon assurance privée internationale, qui couvre tous les soins durant mon année. Ici, le prix des consultations est plus élevé qu’en France. Pour la première consultation, j’ai payé 60000 wons (environ 48 euros), puis la radio 18000 wons (environ 14 euros), puis les médicaments 25000 wons (environ 20 euros), ce qui fait un total d’environ 82 euros.

Ma seconde consultation m’a coûtée encore plus cher, prix qui s’explique je pense par le nombre plus important de médicaments qu’on m’a prescrits ainsi que le cadre et la qualité des prestations (il s’agit d’un hôpital catholique situé près de Gangnam, le quartier huppé de Séoul…). Le forfait m’est revenu à 160000 wons, soit environ 128 euros quand même ! Autant dire qu’il vaut mieux ne pas tomber malade trop souvent, même si l’assurance rembourse les frais.

Voilà pour ce qui est de mon expérience dans les hôpitaux en Corée du Sud. Le service est en général impeccable, bien que les soins basiques soient plus onéreux qu’en France. C’est là qu’on se rend compte que notre système médical est très accessible et que cet avantage ne se retrouve pas dans la majorité des pays !

A très vite 🙂

Publicités

Publié par

Mon nom est Mathilde. A 27 ans, je suis partie vivre une année en Corée du Sud avec un visa PVT.

6 commentaires sur « Être malade en Corée »

  1. J’ai vécu un an en Corée et c’est vrai, c’est le parcours du combattant quand on tombe malade. J’ai eu un bon gros rhume pendant 2 semaines qui est passé presque tout seul et la seconde fois, un mois plus tard, j’étais à deux doigts de cracher mes poumons. Hôpital bien trop cher, je me suis rabattu sur une pharmacie qui m’a donné des graines infâmes… Je crois que je dois surtout dire merci à mes anti-corps de m’avoir sorti de là !

    J'aime

    1. Ah toi aussi -_-
      Je me suis demandée si la pollution n’aggravait pas les choses, pourtant habituellement je ne suis pas sensible à ce genre de trucs mais l’air est assez mauvais ces derniers temps.
      Oui l’hôpital est vraiment cher ici pour de simples consultations ! La facture commence à s’alourdir haha. J’espère ne plus tomber malade par la suite 🙂

      J'aime

  2. Coucou,
    ton article est très intéressant surtout quand on voyage avec un enfant.
    c’est toujours bon d’avoir sous le coude de bons conseils et de bonnes adresses…
    merci!
    et j’espère surtout que tu vas beaucoup mieux 🙂

    J'aime

  3. Je suis de soins médical auprès d’un médecin sud Corée en ayant bénéficier de ces services et souhaitant entreprendre des correspondances
    Et lies de bonnes prestations envers ces derniers.

    J'aime

Répondre à wanderlustandcoblog Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s