Bilan 6 mois en Corée

Annyeong !

Ça y est. Me voilà à la moitié de mon visa PVT, à la moitié de mon année en Corée. Le temps est passé tellement vite déjà et je sais que cette seconde partie va défiler comme la première. J’ai l’impression d’être arrivée ici hier, et cela me paraît à la fois très loin d’aujourd’hui, car je sens que j’ai changé durant ces 6 derniers mois.

Pour ce 40ème article sur mon blog et avant-dernier bilan (le prochain concernera mon année complète), je vais présenter les choses différemment et énumérer les aspects qui auront caractérisé ce premier semestre au Pays du Matin Calme.

J’ai survécu à l’hiver coréen.

Cela peut faire sourire, mais passer l’hiver en Corée du Sud n’est pas si simple ! Et c’est une grande frileuse qui parle, moi qui déteste tant le froid et les journées courtes (vous aurez compris mon amour pour cette saison !). Le vent glacial venu de Sibérie et les températures inférieures à -10°C auront eu raison de ma santé, mon corps n’étant habitué qu’aux hivers doux de Paris. Ceci étant dit, l’avantage a été d’avoir eu du grand soleil durant 3 mois quasi non-stop !

J’ai trouvé un job… puis changé de job.

Deux mois après mon arrivée, j’ai réussi à décrocher un job en tant que serveuse dans un restaurant franco/allemand au sud de Séoul. Et quelle joie puisqu’il s’agissait d’un temps plein, avec à la clé une rémunération plus que correcte ! Quoi de mieux pour une première expérience dans ce domaine, qui plus est, à l’étranger. Oui mais voilà, au bout de 3 mois de travail, je me lasse et m’ennuie assez rapidement. Le restaurant n’attire que trop peu de clientèle, les journées finissent par être longues et je rêve de sorties, d’évasions et de découvertes. J’ai rapidement réalisé quelles étaient mes priorités et j’ai donc choisi de démissionner pour un autre job à temps partiel, certes avec un salaire bien moins avantageux, mais plus proche de chez moi, qui me laisserait davantage de temps libre pour sortir et voyager. Une opportunité est tombée au bon moment et je travaille désormais pour le tout nouveau Sky Garden à Séoul en tant qu’assistante touristique !

J’ai (un peu) voyagé.

Malgré le fait que mon premier boulot m’ait occupée beaucoup de mon temps, j’ai quand même eu l’occasion de voyager un peu dans le pays. Je parle avant tout de mon escapade à Seoraksan et à Sokcho, effectuée à la fin du mois de Mars, ainsi que de mon tout récent séjour solo à Jeonju, où je n’avais jamais mis les pieds auparavant. Maintenant que l’été approche et que j’ai bien plus de temps libre, je compte pas mal me déplacer en Corée et surtout j’ai un projet de voyage pour la fin de l’année qui me tient énormément à cœur. A suivre !

J’ai testé de nouvelles choses.

Vivre à l’étranger, c’est l’occasion d’expérimenter les différents traits d’une autre culture que la sienne. Par exemple, j’ai pu goûter à de nouveaux plats et m’habituer à manger épicé (ou presque !), porter le vêtement traditionnel coréen, mais aussi aller au jimjilbang (sauna coréen) et devoir mettre de côté ma pudeur. Il y a d’autres choses que j’aimerais notamment essayer cette année, on va voir si j’y parviendrai !

J’ai appris de nouveaux mots.

C’est assez ironique, car en vérité j’ai très peu amélioré mon niveau en coréen, qui reste toujours débutant. La faute à un emploi du temps qui ne me permettait pas de m’inscrire à des cours, et puis le découragement face à la difficulté de la langue que j’avais sous-estimée. Si je sais très bien m’en sortir au quotidien et essaye de parler la langue dès que je le peux, je constate que je suis limitée au niveau des échanges avec les coréen(ne)s qui ne s’expriment généralement pas très bien en anglais, mais aussi dans le milieu du travail car je ne peux pas communiquer normalement. Et c’est parce que je me sens handicapée de ce point-là que j’essaye depuis quelques semaines de m’y remettre un peu plus sérieusement. J’étudie toujours par moi-même, ce qui rend la tâche compliquée, mais je m’efforce d’être plus constante dans mon apprentissage.

J’ai fait des rencontres formidables.

C’est sans doute ce qui a (et va) marqué le plus mon expérience en Corée : les rencontres. Sur le plan humain, cela m’apporte beaucoup. J’ai fait la connaissance de personnes aux histoires et aux caractères très différents, françaises mais aussi coréennes et d’autres pays encore. Certains ont constitué une seconde famille ici et sont devenus indispensables, d’autres m’auront appris énormément de choses sur moi-même. En fait, je crois que j’ai fait plus de rencontres en 6 mois que j’en ai faites durant ces 3 dernières années, et chacune d’entre elles, qu’elle soit durable ou non, reste personnellement enrichissante.

Avec du recul, durant les premiers jours de mon PVT, je ne me serais jamais imaginée vivre ce que j’ai vécu jusque là. J’avais peur de l’échec et de ne pas tenir aussi longtemps loin de mes proches et de mes repères. Mais finalement, je me suis prouvée que j’étais capable de me débrouiller seule, dans un pays où je ne maîtrise pas du tout la langue, ni la culture, et cela représente pour moi une victoire immense. Je ne sais pas ce que vont me réserver ces 6 prochains mois, mais j’ai en tout cas pas mal de projets de voyages en tête ! Ce qui est certain, c’est qu’à ce jour je peux déjà affirmer que partir en PVT en Corée a été l’une des meilleures décisions que j’ai prises dans ma vie.

A très vite 🙂

Publicités

Publié par

Mon nom est Mathilde. A 27 ans, je suis partie vivre une année en Corée du Sud avec un visa PVT.

15 commentaires sur « Bilan 6 mois en Corée »

  1. Oh lala pour ce qui est de l’hiver je ne peux que comprendre !
    Quand nous sommes venus pour Noël à Seoul on avait cru mourir !
    En tout cas je peux imaginer ton expérience, j’aurai tellement aimé faire de même mais bon.
    Profites de la deuxième partie de ton PVT 🙂

    J'aime

  2. Comme je te comprends pour le coréen, je me rappelle aussi avoir été trop fatiguée pour étudier lorsque je travaillais en Corée. Le mieux pour apprendre, ça reste l’immersion je pense 🙂
    Profite au maximum des 6 mois de PVT qu’il te reste, le temps en Corée passe trop vite !

    J'aime

  3. Un bilan très positif !
    Je ne savais pas que tu avais changé d’emploi.
    Je suis sure que ces 6 prochains mois te réservent encore plein de belles choses !

    J'aime

  4. ça doit être une belle expérience ! 🙂 Comme je te comprend pour l’hiver.. moi j’habite beaucoup moins loin (en Pologne) alors en hiver c’est sensiblement la même chose, mais on a quand même eu quelques jours à -15 -20°C et je déteste le froid.. ^^

    J'aime

  5. je lis ton blog et bravo pour ta détermination car je n ai pas facile de partir seule loin de chez soi et sans parler la langue
    merci pour tes petits reportages qui nous font voyager

    J'aime

  6. C’est vrai que ça passe vite ! Je comprends totalement pour le coréen, j’ai progressé mais je suis dans un cadre universitaire donc c’est plus facile mais ne te démotive pas je suis sûre que tu peux y arriver ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  7. Woa quel beau parcours, et ce n’est que la moitié du chemin ! Avec un esprit aussi positif de belles aventures t’attendent encore c’est certains ^^
    Au plaisir de lire la suite de tes aventures au pays du matin calme.

    (P.S. quelle appareil utilises-tu pour tes photos elles sont de belle qualité !)

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup !
      Pour répondre à ta question, j’utilise un reflex Nikon D3000 avec comme principal objectif un 35mm 1.8, mais quand je ne veux pas m’encombrer la moitié du temps je shoote avec mon petit compact Sony DSC-RX100 🙂

      J'aime

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s